Quand Breitling rend hommage aux muscle cars

Il n’y a jamais loin de l’horlogerie à l’automobile. En témoignent ces trois Breitling s’inspirant directement des Cobra, Corvette et Mustang des années 60. SoBARNES prend le volant, les mains à 10h10.

Corvette, Cobra, Mustang. A moins d’être totalement hermétique à la chose automobile (et encore…), ces noms évoquent quelque chose en vous. Un zeste de Steeve Mc Queen dans Bullit, un brin de Jean-Louis Trintignant dans Un Homme et une femme, beaucoup de Matt Damon et Christian Bale dans Le Mans 66. Chevrolet Corvette, Ford Mustang et Shelby Cobra, cette triplette ô combien iconique incarne à elle seule l’histoire des muscle cars (*), ces voitures américaines surpuissantes qui firent rêver le monde entier de la fin des années 50 au début des années 70. Une histoire d’amour et de chevaux-vapeur qui se termina brutalement avec le premier choc pétrolier en 1973…

Raison de plus pour nous précipiter sur ces trois chronographes que vient de présenter Breitling et qui – ça tombe bien – rendent hommage à ces légendes roulantes.

Cette micro gamme, la Top Time Classic Cars Squad, comprend donc une version Chevrolet Corvette en rouge et noir, son pendant côté Ford Mustang en vert et marron et leur sœur Shelby Cobra en bleu et marron. Impossible de les confondre, leurs cadrans et fonds de boîtiers arborent fièrement les logos respectifs des machines dont elles s’inspirent.  Ces trois Breitling sont un clin d’œil aux modèles Top Time originaux des années 1960, qui étaient à l’époque destinés aux « jeunes actifs dynamiques ». Les jeunes actifs ont certes vieilli, mais la passion pour la mécanique (fût-elle automobile ou horlogère) se joue du nombre des années !

Les boîtiers de 42 mm des versions Chevrolet Corvette et Ford Mustang abritent le calibre Breitling 25 certifié COSC, un chronographe à remontage automatique au huitième de seconde, doté d’une réserve de marche d’environ 42 heures. Légèrement plus petite (40 mm), la Top Time Shelby Cobra abrite le calibre 41, lui aussi certifié COSC, un mouvement de chronographe à remontage automatique au quart de seconde, doté d’une réserve de marche d’environ 42 heures. Ces trois chronographes à l’esprit sont étanches à 10 bars (100 mètres) et vendus au même prix, 5 330 €.

 

Et maintenant une (longue) minute SoBARNESpedia :

Les liens entre horlogerie et automobile sont aussi anciens que l’apparition de cette dernière, les amateurs de l’une étant rarement éloignés de l’autre. Louis Chevrolet (1878-1941) en est l’incarnation, lui qui naquit dans une famille d’horlogers à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, mais décida de se tourner vers la mécanique automobile en France avant d’entamer une brillante carrière de pilote aux Etats-Unis. Au tournant du XXe siècle, on dit de lui qu’il est « le coureur le plus casse-cou au monde ». La vie de Louis Chevrolet fut en effet digne d’un roman. Il cofonda en 1911 la marque qui porte toujours son nom, la quitta deux ans plus tard pour reprendre le chemin des circuits, créera une autre marque sportive, Frontenac, avant que la crise de 1929 ne le ruine. Il deviendra alors simple mécanicien dans les usines Chevrolet (!) de Détroit et décèdera dans la misère en 1941.

Histoire de boucler la boucle entre horlogerie et automobile, son buste orne aujourd’hui aussi bien le musée du Motor Speedway d’Indianapolis que le musée des beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds !

laurent@sobarnes.com

(*) Que les puristes nous pardonnent : les authentiques muscle cars avaient pour trait commun d’être produites en grande série et accessibles financièrement pour les classes moyennes. Ce qui était le cas des Mustang et, peu ou prou, des Corvette. La Shelby Cobra, qui était construite à l’unité, n’était en revanche pas à la portée de tous. Mais les décennies ont fini par la faire entrer dans cette catégorie…

--

Infos : Breitling.com

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest