Quand Rolex envoûte le diamant

Avec la nouvelle Lady‑Datejust en or jaune et diamants, Rolex fait la preuve (mais qui en doutait ?) de son exceptionnelle maîtrise des techniques joaillières appliquées à l’horlogerie.

Ce n’est plus une montre, c’est un classique ! Cette version féminine de la légendaire Datejust née en 1945 a vu le jour en 1957. Et comme son inspiratrice, elle n’a cessé d’évoluer sans jamais rien perdre de sa force esthétique ni de ses fonctionnalités. Présentée par Rolex comme l’une des nouveautés majeures de ce printemps 2021, l’Oyster Perpetual Lady‑Datejust en or jaune voit son petit boîtier de 28 mm, sa lunette, son cadran et son bracelet pavés de diamants.

Raconté ainsi, cela paraît simple mais rien que pour le cadran, les sertisseurs auront creusé à la main le réceptacle aux dimensions parfaites dans lequel les 291 diamants devront s’insérer. Rien n’est laissé au hasard : l’alignement de la hauteur des pierres, leur orientation et leur position, leur robustesse, la régularité et l’esthétique du sertissage ainsi que la finition du travail sur le métal relève de l’artisanat de très haute volée. Il en va de même pour la lunette et ses 44 diamants.

Cette nouvelle Lady-Datejust est équipée du bracelet « President » serti de 596 diamants, dont la fixation invisible intégrée sous la lunette offre une parfaite continuité visuelle avec le boîtier. Tout aussi invisible est le fermoir, dont l’ouverture s’effectue par une couronne articulée. Et n’ayez aucune crainte sur la qualité de l’or (jaune en l’occurrence) qui soutient l’ensemble : Rolex possède sa propre fonderie, ce qui lui permet de créer de nouveaux alliages d’or et d’en contrôler la couleur (jaune, rose ou gris) en fonction de la proportion d’argent, de cuivre, de platine ou de palladium ajoutée.

Le boîtier pavé de 158 diamants est travaillé dans un bloc massif d’or jaune 18 carats. Son fond bordé de fines cannelures est hermétiquement vissé à l’aide d’un outil spécial. Résultat : seuls les horlogers habilités peuvent accéder au mouvement (on n’est jamais trop prudent).

Côté mouvement, justement, cette Rolex adopte un calibre manufacture à remontage automatique, certifié « Chronomètre superlatif », doté d’une réserve de marche de 55 heures et d’un « stop seconde » pour une mise à l’heure précise. Eh oui les amis, quel que soit le nombre de diamants qui la sertissent, nous sommes avant tout en présence d’une pièce horlogère de très haut niveau. Elle est d’ailleurs étanche jusqu’à 100 mètres, même si la vocation sous-marine d’un tel joyau nous semble encore à démontrer.

Son prix est à demander auprès de votre détaillant préféré !

laurent@sobarnes.com

--

Infos : Rolex.com

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest