BMW, un œil dans le rétro

Il est rare qu’une machine crée l’unanimité côté style lors de sa présentation. La BMW R 18 est de celles-ci. Un chef-d’œuvre de design néo-rétro qui cible sans complexe les motos taillées pour les grands espaces américains. Vous avez dit « born to be wild » ?

Ne tournons pas autour du pot (d’échappement). Avec son bicylindre de 1 800 cm3 et sa position de conduite pieds et bras en avant, la R 18 vient directement se mesurer aux références US que sont les cruisers Harley Davidson et Indian. Mais à sa manière, inspirée esthétiquement par la BMW R 5 des années 30 (à ne pas confondre avec la R5 française des années 70 qui, elle, était une voiture). Après la R 18 présentée au printemps dernier, voici venir sa sœur quasi-jumelle la R 18 Classic. Mieux équipée pour le cruising, elle récupère une large bulle, une selle passager, des sacoches, des feux de route additionnels et une roue avant plus petite.

Prêts pour affronter la Route 66 ?

La pièce maîtresse de la R 18 Classic est incontestablement son moteur bicylindre à plat. Chapeau à BMW qui a réussi à homologuer selon la norme Euro5 un flat-twin d’1,8 litre refroidi à l’ancienne, par air et huile (quand ses concurrents font tout leur possible pour masquer leurs disgracieux appendices de refroidissement par eau). Avec 91 ch à 4 750 tr/min et un couple supérieur à 150 Nm entre 2 000 et 4 000 tr/min, inutile de préciser que la puissance est largement suffisante pour tracter avec vigueur ce beau bébé de 345 kg.

Surfer sur la vague rétro n’empêche pas de faire des détours par le XXIe siècle :  la R 18 Classic dispose de trois modes de conduite Rain, Roll et Rock, pour s’adapter en permanence aux envies de son pilote. Sont ainsi de série le système antipatinage ASC et la fonction de régulation du couple de frein moteur (dont le rôle est en gros d’éviter de faire patiner la roue arrière lors d’une accélération trop optimiste).

Certes taillée pour les highways, la R18 a dès son lancement conquis les motards urbains du vieux continent. Nous ne saurions trop leur recommander l’option marche arrière, qui n’a rien d’un gadget quand il s’agit de stationner une telle machine...

Son design et la qualité de ses finitions permettent à la R 18 d’affronter ses rivales américaines sans rougir. D’autant qu’elle s’est inspirée de ce que Harley Davidson fait de mieux, avec pour la première fois chez BMW un programme de personnalisation intégré au configurateur en ligne. Son prix (de base) est conforme à ceux du segment, soit 25 450 €.

Pour que vous puissiez épater vos amis, #SoBARNES vous dit tout : si le bicylindre de la R 18 est qualifié de « boxer », c’est parce qu’il fait partie de la famille des moteurs à plats à cylindres opposés. Ceux dont les pistons effectuent un va-et-vient de face, à la manière des gants de deux boxeurs. Une configuration qui équipe la Porsche 911 depuis son origine et qui fit les beaux jours de… la 2CV Citroën !

[email protected]

Infos : Bmw-motorrad.fr

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest