Et Lamborghini (re)créa la Countach

La présentation surprise de la nouvelle Countach a sonné comme un coup de tonnerre estival, tant il semblait impossible de s’attaquer à un tel mythe. SoBARNES vous glisse au volant (ou presque) de cette extraordinaire Lamborghini.

A-t-on le droit de réincarner la Joconde ? Est-il possible de réécrire Les Misérables ? Ou de réorchestrer Stairway to Heaven ? Pour Lamborghini, la réponse est oui. La firme de Sant’Agata Bolognese a osé. Osé s’attaquer au chef-d’œuvre absolu qu’est la Countach, un fantasme automobile produit pendant plus de 25 ans, de 1974 à 1990. Inutile de vous dire que cette annonce estivale a créé la surprise, sinon la stupeur.

La nouvelle venue, la Countach LPI 800-4, pioche délibérément dans l’héritage stylistique que lui a légué son aînée. Notamment les feux avant, les prises d’air frontales ou latérales, les 4 tuyaux d’échappement et les jantes de style « téléphone », 100 % eighties. Mais au-delà de ces clins d’œil, elle réinterprète avec maestria le sublime profil taillé d’un seul trait reliant la proue à la poupe.

De la Countach originelle, que Lamborghini qualifie de « matriarche des supersportives », sa descendante garde le principe du V12 monté en position longitudinale arrière. Signe des temps, il est aujourd’hui doté d’une technologie hybride associant un moteur essence atmosphérique de 6,5 litres pour 780 ch et un moteur électrique de 34 ch. Les performances annoncées sont évidemment décoiffantes : 0 à 100 km/h 2,8 secondes, 0 à 200 km/h en 8,6 secondes et vitesse de pointe de 355 km/h. La transmission de la puissance se fait aux quatre roues via la traditionnelle boîte robotisée ISR à 7 rapports considérée comme la plus efficace au monde.

A l’intérieur, le petit détail qui nous plaît beaucoup provient de l’écran tactile central qui gère toutes les commandes de la voiture : la délicieuse fonction « Stile », lorsqu’elle est activée, présente en images la philosophie du design de la Countach et son évolution. Un cours de philo strictement limité à un ou deux élèves, peut-on se trouver plus dans l’air du temps ?

Dévoilée le 13 août aux Etats-Unis, la Lamborghini Countach LPI 800-4 est une série limitée à 112 exemplaires, vendus environ 2,2 millions d’euros chacun. Ne vous précipitez pas chez le concessionnaire de la marque le plus proche de chez vous, ils ont été réservés en quelques jours… Mais parce que c’est vous, SoBARNES vous dévoile les trois infos qui vous permettront de surmonter votre déception :

  • Pourquoi 112 exemplaires ? Parce que le nom de code interne de la Countach de 1974 était « LP 112 ».
  • Quelle la signification de l’appellation LPI 800-4 ? LP renvoie à «longitudinale posteriore », soit la position du moteur. Deux lettres auxquelles s’ajoute le I de « ibrido ». La puissance de la voiture est de 814 ch, arrondis à 800 pour faire plus joli. Et la transmission intégrale implique le 4 final.
  • D’où vient le nom Countach ? C’est une expression mêlant surprise et émerveillement en dialecte piémontais, à prononcer « coune-tatch ». Il s’agit de l’un des rares modèles Lamborghini à ne pas être associé verbalement à l’univers de la tauromachie.

laurent@sobarnes.com

--

Lamborghini.com

 

 

 

 

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest