La vraie histoire de Jingle Bells

S’il est une chose que 2020 n’aura pas réussi à nous enlever, c’est Jingle Bells ! SoBARNES ouvre ses archives et vous raconte tout sur cette chanson qui venait de l’espace…

Impossible d’imaginer les fêtes de fin d’année sans entendre, et sans fredonner, Jingle Bells. Ou Vive le vent, en français. L’un des chants de Noël les plus classiques qui soient, me direz-vous ? Eh bien non ! Jingle Bells fut à l’origine composé par James Lord Pierpont (1822-1893), un organiste américain né à Boston (Massachusetts), auteur d’une vingtaine de chansons aux destins divers, qui allait entrer dans l’Histoire de la musique grâce à cette composition originellement dédiée à la fête de Thanksgiving.

The One Horse Open Sleigh (en français « le traîneau à cheval », son titre original) fut dans un premier temps jouée le dimanche dans une église de Savannah (Georgie) dont son frère John Pierpont était le pasteur. Nous sommes en 1850, c’est d’abord un flop, notamment parce que la mélodie du refrain est trop alambiquée. C’est à l’usage que la chanson finit par se simplifier pour atteindre sa forme et son texte définitif, déposés par James Lord Pierpont en août 1857. Puis redéposés sous le titre Jingle Bells (« Tintez grelots ») en 1859.

De Thanksgiving (fin novembre) à Noël, il n’y a qu’un mois, cette ritournelle parfaitement écrite allait tracer son chemin pour devenir universelle…

Reprise au long du XXe siècle par Duke Ellington, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Judy Garland, Frank Sinatra, Elvis Presley, Johnny Cash, les Beatles, Luciano Pavarotti, plus récemment par Diana Krall, Lady Gaga, Mika et tant d’autres, Jingle Bells est une institution. Ça, vous le saviez.

En revanche, saviez-vous qu’elle fut la première chanson enregistrée depuis l’espace, lors d’un mémorable canular joué à la NASA par deux de ses astronautes ? Installés à bord de Gemini 6 quelque part entre la Terre et la Lune, le 15 décembre 1965, Thomas Stafford et Walter Schirra appellent Houston pour signaler l’apparition d’un étrange objet en orbite polaire. L’OVNI ne paraît pas menaçant, il semble même vouloir communiquer avec eux. Un vent de panique se lève au centre de contrôle texan, vous vous en doutez. Jusqu’au moment où les deux plaisantins interprètent Jingle Bells à l’harmonica et aux grelots. Tout le monde au sol comprend alors que l’objet volant non-identifié n’est autre que le traîneau du Père Noël :

Si son adaptation en français par le chansonnier Francis Blanche est d’une platitude absolue (« Boule de neige et jour de l'an et bonne année grand-mère… », on l’a connu plus inspiré, reconnaissez-le), le texte en anglais est selon certains musicologues à prendre au 2e degré. Cette histoire de grelots qui tintent  et de balades en traîneau serait selon eux une invitation à la gaudriole... Ce que nous ne saurions cautionner, bien sûr !

Joyeux Noël à tous et bonnes fêtes de fin d’année de la part de l’équipe de SoBARNES

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest