A Paris, vivre entre le Panthéon et le Luxembourg

Il est des choses qui ne changent pas, à Paris. A commencer par le quartier du Panthéon, qui conserve par-delà les générations un charme familial ne ressemblant à aucun autre. En témoignent ces appartements qui composaient autrefois un hôtel particulier d’excellente facture, aujourd’hui proposés à la vente par BARNES Panthéon.

PARIS – De même que l’on ne peut être Beatles ET Rolling Stones, on ne peut être Rive gauche ET Rive droite. Il faut choisir. Sauf qu’en l’occurrence, il faudrait être bien difficile pour ne pas succomber aux charmes de ce quartier. Nous voilà probablement dans ce que la Rive gauche compte de plus authentique : au 8, rue Pierre-et-Marie-Curie (Ve arrondissement), soit entre le Panthéon, le jardin du Luxembourg, la Sorbonne, la place de la Contrescarpe et la rue Gay-Lussac, BARNES Panthéon propose à la vente en exclusivité 5 appartements situés dans un ancien hôtel particulier de 6 étages.

Doté côté rue d’une élégante façade en pierre de taille ouvragée, cet immeuble construit en 1910 par l’architecte Henry Guédy possède encore d’exceptionnels éléments décoratifs d’origine (boiseries, panneaux marouflés, peintures). Vendus entre 766 000 et 3 895 000 €, les 5 appartements (un duplex de 225 m² aux étages nobles, un appartement de 112 m² avec terrasse de 10 m², un appartement de 110 m², un appartement de 50 m² et un loft lumineux de 45 m² sous les combles), sont en parfait état et n’attendent plus qu’une chose, écrire avec leurs futurs propriétaires un nouveau chapitre de la vie parisienne.

Au 8, rue Pierre-et-Marie-Curie, nous évoluons entre la bohème germanopratine, l’esprit frondeur de la Sorbonne, le centre de pouvoir qu’est le Sénat et la bourgeoisie tranquille du Jardin du Luxembourg. Julien Meguidech, le directeur de BARNES Panthéon, avoue être un amoureux inconditionnel de ce Paris de cartes postales, celui ou chaque quartier était un village, avec ses commerces, ses corporations, ses traditions. « Outre le fait d’être magnifiques et surtout lumineux, ces appartements ont en commun une âme, celle d’une maison familiale, explique Julien. Ils racontent une histoire qui n’existe nulle part ailleurs ».

Qu’ajouter ? Peut-être cette déclaration d’amour signée Victor Hugo :

« Respirer Paris, cela conserve l’âme »…

Si c’est le grand Victor qui le dit, vous pouvez le croire, foi de SoBARNES.

laurent@sobarnes.com

-

Contact :

BARNES Panthéon, 15, rue Soufflot, 75005 Paris

Tél. : +33 (0)1 82 83 08 60 / Barnes-pantheon.com

 

 

 

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest