Une bulle familiale dans le Rhône

Avouez que ces photos vous fascinent… La quatrième et dernière « maison bulles » d’Antti Lovag, proposée à la vente par BARNES Lyon, est considérée comme un manifeste architectural. Visitez en mode #SoBARNES ce Monument historique aux allures de vaisseau spatial des seventies.

Les quatre « maisons bulles » d'Antti Lovag (1920-2014) outre leurs airs de soucoupes volantes, entendaient bousculer les codes de l’architecture. De l’extérieur, on les croirait sorties d’un film de science-fiction ou d’un dessin animé des années 70. On découvre maintenant qu’elles préfiguraient l’évolution de l’architecture que permettent les imprimantes 3D.

La plus célèbre des maisons bulles d’Antti Lovag est vénérée dans les écoles d’architecture du monde entier : le Palais Bulles, qui veille sur les hauteurs de Théoule-sur-Mer, est alanguie sur près de 1 200 m² surplombant la Méditerranée. Elle se compose notamment d’un amphithéâtre à ciel ouvert de 500 places, d’une salle de réception pour 350 invités, d’un salon panoramique, de 10 suites ainsi que de multiples jardins et piscines. Son actuel propriétaire n’est autre que Pierre Cardin, qui en fit l’acquisition en 1992. « Ce palais accroché à la roche de l’Estérel est devenu mon coin de paradis, ses formes cellulaires sont la concrétisation depuis longtemps de l’image de mes créations », explique le couturier.

La mise en vente de la quatrième maison bulles d’Antti Lovag est donc un événement que #SoBARNES n’allait pas rater ! Elle se trouve au nord de Lyon, à Fontaines-sur-Saône. Inscrite au titre des Monument historique en 2017, cette maison de 350 m², imaginée comme un réseau de bulles, fut commandée en 1985 par un couple lyonnais, Hélène et Christian Roux. Pour la comprendre, il faut s’abandonner aux espaces, habituer son œil aux courbes, oublier ses références et s’imprégner de l’atmosphère unique des lieux. Un peu comme à la Sagrada Familia à Barcelone, il faut savoir rebattre toutes les cartes. Capituler volontairement devant la rondeur des lieux. Aucun coin ni angle droit à l’horizon. N’en cherchez pas, Antti Lovag les détestait. Depuis les couloirs jusqu’à la piscine en passant par le salon, pas un espace n’échappe à la règle… Tout est rond, sphérique ou elliptique. Y compris les meubles, imaginés par l’architecte dans la lignée de sa pensée.
Adaptable, modulable et flexible, le mobilier est déplaçable. Les murs s’ouvrent ou se ferment selon la saison, comme par exemple la bulle salle à manger, collée à la cuisine et qui s’ouvre à loisir pour déjeuner en plein air sur la terrasse de 60 m² si le temps le permet.

Une dentelle de métal aux formes arrondies

Cette dernière villa d’Antti Lovag a été conçue en totalité sur plans et dessins, avant d’être affinée par simulation avec la pose de gabarits de mise en forme. Comment se construit une maison bulles ? Tout commence par l’installation d’une ossature en fer à béton, véritable dentelle de métal aux formes arrondies. Suit un travail d’orfèvre : l’architecte façonne une à une les ouvertures sur l’extérieur pour mettre en valeur tel point de vue, tel détail dans le paysage et profiter de la lumière selon la course du soleil. La structure est ensuite recouverte d’une carcasse de grillage plus fin, pouvant retenir la couche de béton. On ajoute ensuite un béton isolant pour l’isolation thermique, puis un second voile de béton plus mince à l’extérieur, recouvert d’une peinture d’étanchéité armée de tissus. La « coque » est alors terminée. Chacune des pièces est ainsi pensée pour s’adapter au mieux aux besoins de ses occupants. Architecte de l’intime, Antti Lovag voulait ses maisons comme une enveloppe pour l’homme, où l’intérieur prime sur l’extérieur. Ses choix et partis-pris audacieux ont donné naissance à quatre créations uniques et pleine de sensualité, qui célèbrent par leur originalité son statut mérité de libre penseur. Les quatre maisons bulles d’Antti Lovag, reconnaissables au premier coup d’œil, ne font pas seulement partie du patrimoine architectural français. Elles évoluent dans un autre registre, celui de l’art. Et du rêve.
Raison de plus pour s’intéresser de très près à celle-ci, proposée à la vente par BARNES Lyon.

En savoir plus sur un rêve devenu réalité, la Villa Roux.

See this page in English

BARNES Lyon
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest