Splendeur sauvage à Saint Barth

Murs blancs, ciel bleu, eaux turquoise. Au premier regard, on pourrait croire la villa Los Leones accrochée sur une falaise de Santorin. Mais nous sommes bien à Saint Barth, dont la capitale, Gustavia, n’est qu’à quelques kilomètres. C’est bien la douceur des Antilles françaises qui vous enivre dans ce havre de paix. Pero Feric, le propriétaire de la maison, l’a imaginée comme « un écrin d’amour pour sa famille ». Un écrin qui cherche aujourd’hui une nouvelle famille à aimer.

Le dessin de cette villa unique en son genre a été confié à l’un des architectes stars de Saint Barth, Pierre Monsaingeon, qui a parfaitement retranscrit l’idée de son propriétaire : Los Leones respire l’amour et provoque l’émerveillement. Avec la mer comme seul horizon, cette villa a vu le jour en 1991 dans le plus grand respect de l’environnement. S’intégrant parfaitement au relief de la colline de Pointe Milou, la construction n’a pas nécessité de terrassement ou de défrichement. Son écrin de nature fut préservé, ce qui était une démarche assez visionnaire au début des années 90. Les blocs de roche volcanique apparaissent ici et là, fondation même de la villa. Les différentes pièces, s’échelonnent harmonieusement sur le dénivelé. Le salon, les quatre chambres, la salle de réception ou la salle de méditation sont tous ouverts sur l’extérieur. Ses toits de béton conservent la fraîcheur naturellement tandis que la blancheur des murs réverbère la chaleur. Son implantation au plus près de la colline, comme soudée à la roche, lui assure une solidité à l’épreuve des plus forts ouragans. Résultat, ni Louis (1995) ni Irma (2017) n’auront eu de conséquences fâcheuses pour sa structure.

La localisation de la villa ne doit rien au hasard, choisie pour son emplacement exceptionnel sur la colline de Montjean. En contrebas, accessible par un escalier creusé dans la roche, une plage nichée dans une anse donne accès à des eaux cristallines. Avec, subtil raffinement, une piscine naturelle préservée des bateaux grâce à la barrière de corail.

Plus qu’une villa, une icône célébrée par les plus grands photographes

Les nombreuses terrasses extérieures se prêtent aussi bien aux réceptions et aux soirées les plus glamours qu’aux séances de yoga face au soleil levant, avec le bruit du ressac comme bande son. Les directeurs artistiques des plus grands magazines de mode et de décoration ne s’y sont pas trompés : les lignes géométriques, les contrastes saisissants mis en valeur par la blancheur de la bâtisse, les vues à couper le souffle et cet air de bout du monde sont des critères qui ne pouvaient que séduire l’œil des photographes les plus exigeants. Studio à ciel ouvert, la villa a ainsi accueilli de nombreux shooting pour les campagnes publicitaires de grandes marques comme Ralph Lauren, Calvin Klein ou Victoria’s Secret et pour les magazines Vogue, Harper’s Bazaar ou Elle. Les plus grands noms de la photographie ont gravi les marches de la propriété, tels Patrick Demarchelier, Marco Glaviano, Gilles Bensimon, Peter Lindbergh, Steven Meisel ou Antoine Verglas.

En savoir plus sur Los Leones, mythique villa de la plus chic des îles caribéennes

See this page in English

BARNES Saint Barth
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest