Vins de Provence – Le rouge leur va si bien

Les grands vins rouges de Provence gagnent génération après génération en noblesse et en renommée. A l’image de ces quatre domaines de référence, faisant la part belle à l’agriculture raisonnée traditionnelle.

A tout seigneur tout honneur, le Château de Pibarnon produit à n’en pas douter l’un des plus grands vins de Provence méridionale. A a une moyenne de 300 mètres d’altitude, Pibarnon domine tout le vignoble de Bandol dans un vaste cirque abrité du mistral. Catherine et Henri de Saint Victor ont consacré leur énergie à ce domaine durant des décennies en le restructurant progressivement pour l’amener à s’étendre sur 52 hectares. Éric de Saint Victor, qui en tient la barre depuis les années 2000, a poursuivi avec panache le travail de ses parents, en y apportant sa marque et ses propres ambitions. Tout est mis en œuvre pour révéler des vins harmonieux, des bouquets puissant et complexe. Le vignoble est conduit en agriculture biologique depuis 2004, dans une démarche parfaitement naturelle, sans revendication ni recherche de certification.

 

Le château de Pibarnon rouge 2016, issu d’un assemblage de mourvèdre (90 %) et de grenache (10 %), présente une belle personnalité faite de fruits rouges et noirs, d’épices, de minéralité. Côté accord, ce grand millésime est parfait pour accompagner un canard au sang, un loup sauvage ou une belle pièce de bœuf, bien entendu… Quant à la truffe, pensez-y ça marche à tous les coups (un conseil d’ami 100% #SoBARNES) !

La puissance de la Madrague

Changement de décor avec le domaine de la Madrague, qui plonge directement sur la plage de Gigaro, dans la baie de Saint-Tropez. Les vignes de la Madrague sont travaillées en agriculture biologique ou au cheval de trait et entièrement récoltées à la main. Les cuvées Claire, Charlotte, César, Charles et Gaspard ont pris le nom des filles et des petits-fils du propriétaire. Elles ont chacune des caractéristiques très particulières. A l’image de la cuvée César (mourvèdre et syrah), cultivée en biodynamie sour influence lunaire, vinifiée en cuve bois puis élevée dans une amphore en terre cuite durant 12 mois. La robe est d’un rouge profond, le nez puissant avec des notes de petits fruits rouges, pour un vin parfait sur un tournedos rossini ou un lièvre à la royale.

La finesse des Lauves

Toujours en Bandol, la Cuvée Les Lauves du Domaine La Suffrène se trouve actuellement en conversion à l’agriculture biologique. Sur cette parcelle, dite « du clapier », les restanques, qui font partie du patrimoine du domaine, ont plusieurs intérêts agronomiques et paysagés : limiter l’érosion, collecter les eaux de ruissellement, fractionner les écoulements, structurer le paysage... La démarche de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires est complexe, pour cela les traitements sont effectués la nuit, les interventions sont limitées au strict nécessaire et adaptées aux conditions climatiques… Assemblage de mourvèdre (90 %) et de vieux carignan (10 %), la Cuvée Les Lauves développe un nez fin, dense et complexe sur des notes d’épices et de garrigue, légèrement mentholées. La bouche se révèle puissante, avec beaucoup de caractère. La structure tannique est dense, la finale fraîche et longue.

La légende de Trévallon

Parce que chez #SoBARNES, nous n’avons pas peur des mots, nous osons conclure ce tour d’horizon en affirmant que Trévallon 2017 est un chef-d’œuvre ! Un flacon d’exception qui impose déjà le respect et impressionne, malgré sa jeunesse, par son extrême élégance. Le Domaine de Trévallon (IGP Alpilles) dans toute sa splendeur… Lorsqu’il planta ses premiers hectares de vignes en 1973, Eloi Dürrbach ne se doutait pas qu’il écrivait la première page d’un domaine qui entrerait dans la légende provençale. Aujourd’hui, Trévallon est sans nul doute l’un des plus beaux vignobles de Provence. Ce joyau de 17 hectares fait l’objet de toutes les attentions, mais avec le moins d’intervention possible. Le mythe se poursuit avec la fille d’Eloi Dürrbach, Ostiane, qui assure la reprise du domaine aux côtés de son père. Toujours de manière non-interventionniste, sans égrappage ni levurage ni sulfitage.

Le millésime 2017 est magistral. Assemblage à égalité de syrah et de cabernet sauvignon, il possède une robe rubis aux reflets pourpre, un nez puissant sur des notes de fruits rouges et de poivron. La bouche est ample et suave, la fraîcheur bien présente. Trévallon 2017, s’il peut s’apprécier des maintenant, mérite encore quelques années de garde.

[email protected]

Page libre de toute publicité - A consommer avec modération

Pibarnon.com / Lesvinsdelamadrague.com / Domaine-la-suffrene.com / Domainedetrevallon.com

 

 

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest