Porsche 911 Targa 2020

Porsche 911 Targa, les légendes sont éternelles

Présentée par Porsche via les réseaux sociaux, la nouvelle 911 Targa rend subtilement hommage à son aïeule de 1965. Retour avec #SoBARNES sur l’une des sagas les plus marquantes de l’histoire automobile.

Souvenez-vous, c’était hier. Ou presque. Lors du Salon de l'automobile de Francfort, en septembre 1965. Porsche présentait une nouveauté qui allait laisser plus d’un observateur pantois. Ni cabriolet ni coupé, ni hard top ni berline, quelque chose de complètement nouveau ! La 911 Targa était tout simplement le premier cabriolet « de sécurité » au monde, avec un arceau fixe qui allait très vite faire école. La conduite en plein air pouvait désormais se goûter selon plusieurs configurations grâce à un toit pliant amovible et à une lunette arrière en plastique souple rabattable. La Targa pouvait s’envisager complètement fermée, complètement ouverte ou un peu des deux, avec la section centrale du toit retirée ou la lunette arrière rabattue. Un concept génial, qui serait par la suite décliné (avec plus ou moins de réussite, soyons honnêtes) sur toutes les générations de 911.

Avec la Targa, Porsche répondait de façon astucieuse aux exigences de sécurité apparues sur le marché américain, certaines voix réclamant l'interdiction totale des cabriolets aux États-Unis ! Pour choisir son nom, l’idée fut d’utiliser un circuit ou une compétition où Porsche aurait particulièrement brillé. Le choix se porta sur la Targa Florio, une course sur route en Sicile qui s’apparentait à une chasse gardée de la marque depuis le milieu des années 1950. À partir de la fin de l'été 1967, les Targa purent être commandés avec une lunette arrière fixe et chauffante en verre à la place de la lunette arrière rabattable en plastique. Une solution qui devint un équipement standard un an plus tard et qui est restée plus ou moins inchangée jusqu'en 1993 !

Par-delà les générations

Au fil des générations, alors que la 911 se bonifiait sans jamais se renier, l’arceau de sécurité a sensiblement évolué. D’abord présenté en acier inoxydable brossé, il fut également disponible en noir sur la série G des années 70. Et même lorsque la 911 SC cabriolet fit son apparition en 1983, la Targa resta fidèle à son poste, considérée comme plus sportive, voire plus pure que la vraie découvrable par de nombreux aficionados. En 1988, lorsqu’arriva la 964, soit la première 911 de série à pouvoir s’équiper d’une transmission intégrale, la version avec arceau restait conçue comme l’un des piliers de la famille. Sous une silhouette globalement inchangée depuis 1965.

La rupture se produisit en 1995, avec la quatrième génération de la 911, la 993. Le concept Targa prit alors un virage inattendu, sans arceau de sécurité mais avec un toit en verre teinté panoramique divisé en différents segments électriques mobiles. Une proposition qui ne manquait d’intérêt : le toit s'ouvrait d’une simple pression sur un bouton pour se coulisser sous la vitre arrière. Avec comme principaux avantages une réduction du bruit du vent et un intérieur restant ensoleillé lorsque le toit était fermé. Les deux générations suivantes, la 996 et la 997, allaient reprendre ce principe en l’améliorant sans cesse. Seul bémol pour les amateurs, était-ce encore une Targa ?

Le retour du légendaire arceau

Coup de théâtre en 2014 avec la 911 Type 991, qui marqua le retour du légendaire arceau de sécurité Targa, que Porsche est enfin parvenu à marier avec le toit vitré escamotable. Tout comme la Targa originale, la nouvelle arrivante arborait fièrement l’arceau gris aluminium à la place des montants centraux, un toit mobile au-dessus des sièges avant et une lunette arrière enveloppante sans montants latéraux. Contrairement aux modèles classiques, le toit s'ouvrait et se fermait désormais de façon automatique, selon une cinématique assez spectaculaire, la lunette arrière se soulevant en reculant pour permettre l’opération.

Actualité confinée oblige, c’est sur sa WebTV que Porche vent de dévoiler la nouvelle 911 Targa. La Type 992, qui n’est disponible qu’avec la transmission intégrale, est proposée avec les motorisations des versions coupé et cabriolet, à partir de 385 ch pour le 6 cylindres 3,0 biturbo « de base » ! Subtilement rétro grâce à la présence (stylistique) de l’arceau originel, cette 911 est proposée au même prix en version cabriolet ou Targa. Vous avez dit dilemme ?

[email protected]

 Infos sur Porsche.com

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest