A Paris, une Saint-Valentin version palace

Et si la période troublée que nous traversons était l’occasion de nous réconcilier avec la Saint-Valentin ? La preuve avec les palaces parisiens, qui entendent bien célébrer le 14 février en mode #staysafe.

Nous sommes d’accord, la Saint-Valentin est avant tout une opération commerciale, un poil kitsch et flirtant rarement avec le bon goût. Mais ça, c’était avant. Toutes les occasions de festoyer sont désormais les bienvenues. Au point que ce 14 février 2021 soit le premier d’une longue série, celle de la vie d’après. Mais parce que nous n’y sommes pas encore, à cet après tant espéré, tâchons de saisir au vol ce qui se présente à nous en ces temps perturbés. Et saluons Paris, qui fait son possible pour entretenir sa flamme. En mode 100% SoBARNES, nous ne saurions trop vous recommander d’aller revisiter ses palaces, au moins ceux qui sont ouverts et à qui nous rendons hommage. D’autant que si leurs restaurants et leurs bars sont fermés, leur room service est encore de ce monde, ce qui correspond plutôt bien au concept de la Saint-Valentin, non ?

A commencer, Rive gauche, par le Lutetia, qui joue la carte du classicisme à Saint-Germain-des-Prés en proposant une chambre ou une suite à la décoration romantique à base de pétales de rose, un dîner au champagne pour deux et deux petits déjeuners typiquement parisiens (ne jamais négliger le petit-déjeuner !). Avec ce petit plus qui en fera une expérience parisienne à part, l’accès au spa, à sa salle de fitness et à la piscine :

Rive droite, à deux encablures de l’Elysée, le Bristol sort le grand jeu avec une chambre elle aussi habillée de pétales de roses, auxquels s’ajoutent des bonbons de cacao maison. Lorsque la nuit s’installera sur Paris, le chef Eric Frechon fera monter ses étoiles par le biais d’une table dressée dans l’intimité de la chambre. Le turbot au poivre de Kampot et truffe noire, la poularde au vin jaune ou le champagne rosé givré sonneront comme une invitation au voyage ! Le lendemain matin, un petit déjeuner américain au champagne viendra comme par magie se glisser au pied du lit. Avec ici aussi un accès possible (et recommandé, foi de SoBARNES) à la piscine panoramique.

Même rive mais changement de décor à La Réserve, face au Grand Palais. Le dîner signé Jérôme Banctel sera servi dans le cocon des chambres avec en préambule un cocktail spécialement conçu pour l’occasion. Un petit déjeuner de haute volée sera bien sûr de la partie. Le fin du fin étant le passage par le spa, avec un soin en cabine duo. Et là, les heureux amoureux auront l’impression que Paris leur appartient…

Autre option pour les valentins, faire venir les palaces chez eux. Le Peninsula leur suggère de célébrer le 14 février chez eux autour d’un dîner gastronomique, livré à Paris et dans 22 communes limitrophes. Idem au Crillon, qui propose un menu en quatre services dû au chef Boris Campanella, avec un entremet à partager signé par le chef pâtissier Matthieu Carlin. Quentin Lechat, le jeune chef pâtissier du Royal Monceau, a pour sa part créé le Pomelo’ve : un cœur de pamplemousse rose accompagné de poudre d’amande, de gingembre confit, de grains de grenade et d’églantine, le tout floqué de rouge grâce à de la poudre de framboise. Du grand art, disponible quelques jours en click and collect. Mais quelques jours seulement, le temps d’une Saint-Valentin.

Au fait, combien tout cela coûte-t-il ? Permettez-nous de ne pas répondre à cette question, par discrétion pour celui, ou celle, qui invitera l’autre !

[email protected]

 

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest