restaurant-le-piaf-saint-honore-cuisine-savoureuse-bar-cocktail

Tu y feras ton nid

On piaffait d’impatience, les piaillements -de plus en plus forts- se répandaient dans le tout Paris, qu’un nouveau nid de nuit allait se nicher dans le triangle d’or... Le Piaf a pris son envol, on a déniché son perchoir, on y était.

Le Piaf, ce charmant moineau, qui vit de musique, d’eau fraîche et de petits festins, a survolé Paris de fond en comble et a décidé de faire son nid dans une rue calme du très chic 8ème arrondissement, au 38 de la rue Jean Mermoz exactement, à deux pas des boutiques de luxe de l’avenue Montaigne et des Champs Elysées. Ce mignon piou-piou qui aime la compagnie, la bonne cuisine et aussi s’encanailler avec les copains a longuement pensé ce lieu cosy branché à l’atmosphère feutrée et l’a baptisé tout naturellement le Piaf.

Le Piaf, c’est un bar à cocktail, pour se retrouver juste à la sortie du bureau (dans le quartier, on bosse dur) ou avant de se rendre à un dîner en ville. Dans tous le cas, on connaît la musique, pas besoin de piapiater au téléphone, pour se donner rendez-vous, les bons amis sont déjà là, installés dans les confortables fauteuils de velours rouge en train de savourer un Bellini, un Mojito. Ça rigole fort, on est là pour se détendre et passer du bon temps, certains ne peuvent se retenir de chanter à l’unisson et conviction avec le pianiste qui revisite les standards du français, du rock anglais et de la pop américaine accompagné du DJ.

Le Piaf, c’est aussi, un restaurant où on peut dîner tard, dernière commande à minuit, cela fera un grand plaisir aux oiseaux de nuit qui se reconnaîtront (ceux qui n’arrivent pas à lâcher leurs dossiers). La cuisine est savoureuse et met en scène des recettes modernes de la tradition française. Pour être dans la mouvance du “picorage”, on choisit des assiettes à partager. Comme tout bon Piaf qui se respecte, les bouches sucrées vont être au paradis, les pâtisseries sont signées Cyril Lignac. Pour les décors, Roger Harth ne les a pas signés, n’exagérons pas, mais les lumières, les lustres, les chandeliers et les tentures mettent en valeur une lumière douce et tamisée qui sied parfaitement à votre plumage.

L’heure tourne, mais quelle importance (on est en fin de semaine), l’ambiance est tellement joyeuse et entraînante, qu’un petit tour au nid de nuit est comme une évidence pour déployer ses ailes.

Tout change rien ne change, enfin un chouilla : enfants, on se retrouvait au piou-piou, maintenant, c’est au Piaf.

Contacter notre agence BARNES Saint-Honoré

See this page in English

Photo Credit -
BARNES Saint-Honoré
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest