horlogerie-luxe-evolution-maitres-horlogers-breguet-richard-mille-blancpain-hublot-de-grisogono

L’art des complications

A l’heure de la vie 100 % connectée, l’horlogerie traditionnelle continue de séduire de nombreux collectionneurs. Zoom sur les complications, qui ont encore de beaux jours devant elles.

Les temps changent. En un siècle, nous sommes passés de la première montre-bracelet à la smartwatch. Il semblerait que la montre connectée – au même titre que le quartz dans les années soixante-dix – n’ait pas tué l’horlogerie traditionnelle. Connectivité et complication horlogère sont deux mondes qui peuvent vivre de concert.

Les amateurs de belle horlogerie – ceux pour qui « plus c’est compliqué, meilleur c’est » – sont très nombreux, et la montre classique reste le seul bijou qu’un homme puisse porter. Deux raisons qui poussent les manufactures à continuer de présenter des garde-temps de haut vol, dont les mouvements mécaniques sont enrichis de diverses fonctions.

Prouesses mécaniques

De véritables trésors horlogers, qui présentent des possibilités sans fin. On parle alors d’un calendrier complet ou quantième perpétuel, lorsqu’il est programmé jusqu’en 2100. Une montre capable d’afficher simultanément, au-delà des heures et minutes, les jours, mois, dates et les phases de lune. D’un chronographe de régate adapté au compte à rebours précédant le départ d’une course, comme celui proposé par Richard Mille.

D’une répétition minutes ou montre à sonnerie qui traduit l’heure en musique. De l’échappement à tourbillon. Inventé en 1801 par Abraham-Louis Breguet, il permettait de compenser les mauvais effets de la pesanteur sur la précision. À cela s’ajoutent les montres à heures universelles affichant l’heure dans les vingt-quatre fuseaux horaires.

C’est sans compter les heures sautantes, un effet de style et une prouesse technique, dont le but est d’afficher l’heure dans un guichet, via un chiffre qui saute instantanément toutes les soixante minutes. Ou encore les calibres dits squelettes, pour lesquels les maîtres horlogers suppriment toute matière inutile, afin de métamorphoser un mouvement en dentelle mécanique...

 

Par Hervé Borne

See this page in English

BARNES International
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest