entretien-olivier-dwek-architecte-projets-architecture-contemporaine

Olivier Dwek : Architecte en quête d'essentiel

D’une fondation d’art à Gand, à la conception de villas en République Dominicaine, en passant par des tours résidentielles à Mumbai, l’architecte bruxellois Olivier Dwek partage son amour pour l’art contemporain et distille son élégance flamande. Pour la Silver House nichée à flanc de montagne sur l’île de Zante, il livre son interprétation postmoderniste de l’architecture vernaculaire grecque.

Hermès a choisi la Silver House pour présenter sa collection Home.

Comme dans nombre de vos projets, la Silver House s’inscrit dans un environnement puissant...
Oui, l’environnement est la matière première, c’est d’un lieu que vient l’inspiration. Chaque projet est spécifique: il faut composer avec un climat, un art de vivre, une lumière. Au fond, l’architecture contemporaine est une architecture adaptée: tout geste esthétique gratuit est condamné à perdre son sens et donc à mourir.

C’est important cette recherche d’intemporalité?
C’est indispensable. Quand je vois mes premiers projets tels que la boutique Louis Vuitton de Bruxelles, il m’est assez agréable de me dire que quinze ans après, je ne changerais pratiquement rien.

Comment se traduit ce jeu avec l’environnement dans la Silver House?
En Grèce, on vit dehors et on se protège du soleil. Il fallait donc instaurer un véritable dialogue entre intérieur et extérieur, des espaces entre lesquels les frontières s’effacent subtilement. La maison s’articule comme un cadre autour de son sujet: la mer, et l’île de Céphalonie, au loin... mais si proche en même temps!

Il y a tout de même une profonde réflexion autour de vos intérieurs.
Dans ce cas précis, c’est presque la vue qui vient habiller de bleu un intérieur épuré au blanc immaculé. Pour le reste, je suis un passionné d’art contemporain et féru de mobilier du XXe siècle, des pièces entre lesquelles j’essaie de tisser un fil conducteur.

Vous citez parfois Picasso qui disait «on a tous un père et une mère artistiques». Quels seraient les vôtres?
Curieusement, je serais plus tenté de citer des artistes que des architectes... Je dirais Louise Bourgeois pour sa démarche, sa quête de l’essentiel, et l’architecte John Lautner. Un duo inattendu, n’est-ce pas?

 

Crédit Photo :
© Jarmo Pohjaniemi
© Serge Anton

See this page in English

BARNES International
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest