entretien-fawaz-gruosi-haute-joaillerie-horlogerie-vision-luxe

Fawaz Gruosi : Mon idée du luxe

En vingt-cinq ans, jouant des codes et sculptant les plus belles pierres, cet infatigable florentin a imposé de Grisogono comme une référence dans l’univers de la haute joaillerie et de l’horlogerie. Le temps d’une interview, il nous livre sa vision du luxe. En toute simplicité.

Vous parlez souvent non pas de luxe mais d’ul-tra-luxe...
Le luxe est un terme quelque peu galvaudé, car chacun veut légitimement pouvoir s’offrir un objet luxueux. Le luxe en maroquinerie n’est pas le même qu’en joaillerie et haute joaillerie.

Votre expérience la plus luxueuse?
Le temps; prendre des vacances avec ma famille et mes proches. C’est un véritable luxe que je ne peux m’accorder que trop rarement. Vous possédez une importante collection d’œuvres d’art: considérez-vous ces acquisitions comme un luxe? Oui, elles sont un luxe que je savoure dès que j’en ai l’occasion, dans ma résidence de Londres. Toutes les pièces, tous les murs offrent une possibilité d’évasion.

La Maison de Grisogono s’est illustrée dans l’univers de la joaillerie en mettant à l’honneur des diamants (noir, lacté) alors oubliés de la place Vendôme: est-ce que finalement le luxe ce ne serait pas un mélange d’audace et d’originalité?
Ces deux ingrédients font partie de la marque depuis vingt-cinq ans. À un moment où toute la place Vendôme ne jurait que par un certain classicisme et des règles rigides, j’ai osé briser certains codes; allier des pierres précieuses et semi-précieuses, développer de nouveaux matériaux.

Comment expliquez-vous que le diamant soit un des symboles mythiques, sinon le symbole, de la notion de luxe?
Une tradition perpétuée de génération en génération, une beauté mystérieuse, un investissement – mais oui, sans doute un symbole mythique du luxe.

Coco Chanel déclarait en son temps que «le luxe ce n’est pas le contraire de la pauvreté mais de la vulgarité». Et pour vous, quel serait le contraire du luxe?
Peut-être le manque d’éducation, de courtoisie. Qu’est-ce qui sera considéré comme «luxueux» dans dix ans? Le temps, être coupé du monde... Et j’espère qu’il y aura toujours quelques passionnés pour perpétuer un artisanat traditionnel et qui n’auront pas peur de créer au-delà des normes.

 

See this page in English

BARNES International
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest