dorothee-meilichzon-designer-interieur-decoration-mobilier-moderne-minimaliste

Les décors rétro-chics de Dorothée Meilichzon

Aseulement 36 ans, Dorothée Meilichzon s’impose comme la référence incontournable pour les amateurs de lieux branchés. À Londres, Paris, Ibiza ou encore New York, cette dernière esquisse le nouveau chic parisien.

Le talent n’attend pas le nombre des années, la passion non plus : à 13 ans déjà, Dorothée Meilichzon voulait être designer industriel. Des études à la Strate école de Design puis six mois à la très réputée Rhode Island School of Design (Providence) plus tard, la jeune femme créait, à 27 ans seulement, sa propre agence. Très rapidement encore, un premier succès, avec la réalisation du Prescription Cocktail Club pour l’Experimental Group (2009).

Les collaborations suivront, avec le trio français mais pas seulement : l’hôtel Paradis (2012, Paris Xe), l’ECC Lower East Side à New York, ou encore, plus récemment, l’Henrietta hôtel de Covent Garden (Londres, 2017), l’hôtel des Grands Boulevards (2018) ou le Balagan, restaurant et bar à cocktails du chef israélien Assaf Granit. La démarche de Dorothée Meilichzon ? Créer, bien plus qu’une décoration d’intérieur, ce qu’elle-même appelle « la scénographie », pour proposer une expérience globale. Des décors à identité forte et cohérente, du mobilier au design en passant par le graphisme d’un menu ou d’un tote bag, bref des univers.

Mises en scène

Des univers à l’ambiance chic et incroyablement conviviaux. Un nouveau modernisme à contrepied total d’un minimalisme épuré : velours, couleurs douces et chatoyantes s’entremêlent au fil de motifs graphiques, de lignes tout en rondeurs, de meubles dessinés par ses soins ou d’appliques murales aux accents juste ce qu’il faut de rétro pour être plus actuels que jamais. Si donc l’ECC Lower East Side de New York se trouve des traits communs avec le café Pinson de la rue du Faubourg Poissonnière, Dorothée Meilichzon met cependant un point d’honneur à faire de chaque projet une aventure unique en inscrivant ces espaces dans leur environnement.

Après des recherches historiques préalables, l’hôtel des Grands Boulevards conçu dans un immeuble datant de la Révolution a donc adopté un esprit campagne chic, clin d'œil au Petit Trianon : des lins usés, des murs enduits à la chaux et des lits à baldaquin revisités, sur fond de parquet Versailles. À pas de velours, Dorothée Meilichzon confère aux lieux qu’elle conçoit un supplément d’âme qui donne furieusement envie de découvrir son futur projet, un hôtel aux Baléares pour l’Experimental Group.

www.chzon.com

 

Crédits Photos : © Karel Balas © Karel Balas © Karel Balas

See this page in English

BARNES International
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest