chanel-joaillerie-atelier-haute-joaillerie-collection-audacieuse-paris

Chanel entre éclat et carats

Dans un atelier de 220 m2, Chanel Joaillerie conçoit des pièces d’exception. Rencontre de « petites mains » au savoir-faire hors du commun.

Au 18, place Vendôme se cache, au-dessus des parures et garde-temps, un autre bijou. Dissimulé derrière les façades de Jules Hardouin-Mansart, l’atelier de haute joaillerie Chanel se mérite. Ce n’est qu’après avoir emprunté un élégant ascenseur que ses coulisses nous ouvrent leurs portes. Depuis 2012, cet écrin conçoit deux collections par an. En témoigne, majestueuse, une photo en noir et blanc du collier Morning in Vendôme. Serti d’un diamant jaune de 12 carats, le bijou compte parmi les premières créations de l’atelier. « L’esprit Chanel combine la joaillerie classique de tradition aux codes de la maison. C’est un style à part, qui donne des pièces modernes, légères et épurées », détaille le directeur de l’atelier haute joaillerie. Dévoilée en juillet dernier, la collection Flying Cloud n’échappe pas à la règle. Elle arbore, solaire et marine, des bouées dorées, des cordages scintillants.

Sublime et silence

Dans une salle où prédominent le noir et le blanc – les codes couleur de la marque –, la vue livre dans toute leur splendeur la colonne Vendôme et le Ritz, si chers à Gabrielle Chanel. Une douzaine
d’artisans s’affairent à concevoir, dans une atmosphère studieuse, des pièces de haute joaillerie. « Ils donnent vie à la matière. [...] Si un bijou n’a pas été touché par la main de l’homme, il n’a pas d’âme. » Penché sur son établi, Pierre décore la structure d’une tête de lion – le signe astrologique de Gabrielle Chanel. Pierres de pavage, poires, baguettes... Le joaillier sublime ces précieux fragments qui recouvrent le fauve en or blanc. Le félidé se verra confié, par la suite, au diamantaire qui taillera les pierres, avant qu’elles ne soient fixées par un sertisseur.

Quelques mètres plus loin, Charlotte, munie d’une lime, met en forme un fil de métal. Difficile de deviner que cette apprentie de l’École du Louvre façonne un stylet à montre. Tandis qu’une peau recueille, sous son établi, la matière assise en face d’elle, exhibe deux diamants de 10,32 et 13,24 carats. L’un cognac, l’autre blanc. « Ils orneront deux modèles de bagues similaires », précise-t-elle. Pour l’heure, la joaillière compose le motif qui auréolera les repose-doigts. Elle consacrera près de 300 heures à chaque anneau. Non sans faire appel au savoir-faire d’un fondeur mouleur.

Effet miroir

« Tout commence par une maquette en métal de la pièce. Après l’avoir glissée dans un moule, je l’extrais. J’injecte ensuite la cire à l’intérieur. » Dans une salle aux allures de laboratoire, Pascal décrit les premières étapes de la fonte à cire perdue. Une méthode qui permet de répéter formes et motifs à l’infini.

La difficulté : « Obtenir le métal le plus propre possible. » Sublimer la matière, c’est aussi le rôle de la polisseuse. Assise à la fenêtre, dans une pièce voisine à l’atelier, elle polit les éléments d’un camélia. Il s’agit d’obtenir « un effet miroir », avant de retourner la fleur aux joailliers, qui s’occuperont alors de la souder. Autant d’étapes pour sublimer à l’infini ces créations précieuses.

« Bijoux de Diamants », une collection audacieuse

L’histoire de la joaillerie de Chanel commence en 1932. Dans son hôtel particulier du faubourg Saint-Honoré, Gabrielle Chanel présente sa première et unique collection, « Bijoux de Diamants », placée sous le double signe de la comète et du diamant. Des pièces qui ont marqué l’histoire de la joaillerie par leur audace et leur modernité. En 1997, l’acquisition d’un des plus beaux hôtels de la place Vendôme, au numéro 18, et la création de la boutique horlogerie-joaillerie apparaissent comme l’aboutissement naturel d’un itinéraire secret, qui a mené Gabrielle Chanel de son hôtel particulier du faubourg Saint-Honoré, à la rue Cambon puis au Ritz.

 

Par Camille Vittet
Crédits Photos :
© Photo Robert Bresson "Bijoux de Diamants", Mademoiselle Chanel, 1932.

See this page in English

BARNES International
S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Commenter

Pin It on Pinterest