immobilier-prestige-recherche-immobiliere-facilitee-nouvelles-technologies-outils-digitaux-barnes

L'immobilier de prestige : La technologie au service des clients

C’est aujourd’hui une évidence, il y a un avant et un après Internet dans nos vies quotidiennes.

Qui se souvient de l’époque où, pour trouver un appartement à vendre à Paris, une maison à Londres ou un penthouse à New York, il fallait acheter au moins deux quotidiens et trois magazines avant de scruter leurs petites annonces? Sans parler des chalets de montagne ou des villas en bord de mer, qui nécessitaient plusieurs déplacements, parfois lointains, ne serait-ce que pour avoir un aperçu du marché... Ce temps est révolu, l’immobilier s’est converti au digital. Et demain? En quoi la technologie pourrait-elle avoir une influence supplémentaire sur les services que fournissent des réseaux d’immobilier international de prestige ?

La technologie permettra aux professionnels de l’immobilier d’enrichir encore leur niveau de service et de proposer des recherches encore plus ciblées. D’ailleurs, ceux qui ne fournissent pas un service d’expertise sur-mesure auront du mal à survivre...

Clelia Warburg Peters, Présidente de Warburg

 

La technologie continuera à bouleverser nos habitudes en matière de recherche immobilière. Les outils devraient en effet permettre à terme d’éviter aux acheteurs de multiplier les visites en sélectionnant beaucoup plus rapidement les biens. Mais pour être efficaces, ces outils devront être gérés par de réels professionnels de l’immobilier de prestige.

Une nouvelle réalité

Force est de constater que le passage au tout digital a modifié en profondeur nos habitudes. Entre la géolocalisation, les plans en réalité augmentée, les visites virtuelles et le home staging sur Internet, les annonces dans l’ancien sont passées au mode 2.0.

La première révolution eut lieu au début des années 2000, quand Internet permit d’associer un bien à plusieurs photos offrant la possibilité de se faire une idée précise de son état et de son environnement. Voici maintenant le temps de la 3D, de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée (la réalité virtuelle plonge le spectateur dans un monde modélisé en 3D la réalité augmentée y ajoute des éléments issus du monde réel, comme des paysages ou des meubles). De nombreux opérateurs se sont spécialisés sur ce créneau, qui permet de révéler le potentiel d’un bien vide ou nécessitant des travaux d’embellissement, grâce à des rendus 3D réalistes.

Il en va de même dans l’univers du neuf, les clients pouvant vivre une immersion complète dans leur futur villa au bord de l’océan ou dans leur appartement avec vue panoramique sur Central Park ou les quais de Seine: dans une pièce uniquement meublée d’un ordinateur, une fois équipés d’un casque de réalité virtuelle, ils vont se déplacer avec un réalisme étonnant, allant jusqu’à ouvrir et fermer les volets, déplacer une chaise ou allumer la télévision.

Une connaissance affinée du marché

Entrent en effet en jeu des logiciels d’analyse des prix et du volume de transactions en temps réel ainsi que des bases de données permettant de cerner au mieux les attentes des clients. Cette percée technique révèle d’ailleurs un paradoxe: l’agent immobilier revient à son rôle initial, celui d’un service au plus près du terrain et au plus proche de son client. Ces mutations technologiques n’empêchent pas un accompagnement personnalisé des personnes fortunées dans la gestion de leur patrimoine, notamment pour ceux qui ont des structures d’actifs et des exigences de transfert de richesse complexes. Cet accompagnement offre un sentiment d’assurance sur l’épargne, les investissements, les affaires fiscales et juridiques dans un environnement réglementaire en évolution rapide. Les inquiétudes grandissantes au sujet de la sécurité et de la confidentialité des données parmi les grandes fortunes suggèrent toutefois qu’il y a une limite à leur dépendance à la technologie.

Néanmoins, de nombreux aspects du secteur de la gestion de patrimoine restent très vulnérables aux perturbations numériques, en raison de l’innovation continue des logiciels algorithmiques, de la concurrence croissante des entreprises fintech autonomes et de l’augmentation constante des UHNWI qui recherchent commodité et rapidité dans la prestation de services. Le rôle de l’agent immobilier de prestige s’est rapproché de celui d’un gestionnaire de patrimoine de haut niveau, offrant l’expertise et la connaissance des marchés et des emplacements spécifiques.

Les outils digitaux dont nous disposons en matière de marketing nous permettront d’affiner encore notre connaissance du marché pour proposer aux vendeurs des estimations toujours plus précises et aux acheteurs des offres s’ajustant encore mieux à leur demande.

Heidi Barnes, Fondatrice de BARNES

 

Aux États-Unis, en 1981*

  • 22% des acheteurs lisaient un journal papier pour trouver leur logement
  • 8% utilisaient leurs amis comme source d’information
  • 70% recouraient aux services des agents immobiliers spécialisé

Aux États-Unis, aujourd'hui*

Aujourd’hui, l’immersion du digital modifie l’approche qu’ont les particuliers vis-à-vis de l’immobilier mais n’a pas détruit le modèle ancien reposant sur les compétences d’un agent immobilier :

  • 78% des acheteurs commencent leur recherche en ligne
  • 88% d’entre eux sont finalement passés par un agent immobilier, dont 92% des moins de 36 ans, pourtant les plus habitués aux achats en ligne !

 


Autre enseignement, près de sept acheteurs sur dix n’ont interrogé qu’un seul agent immobilier et ils sont plus de 88% à estimer qu’ils réutiliseront ses services à l’avenir et le recommanderont à leurs proches.

Internet est donc un outil au service du marché immobilier, le professionnalisme des agents restant au cœur des transactions réussies.

*Source: National Association of Realtors (NAR) et étude Home Buyer and Seller Generational Trends 2017 de la NAR

Priorité à la confiance dans l'expertise

Nos clients sont aujourd’hui de moins en moins présents en salles des ventes et de plus en plus sur Internet. Grâce à Internet et aux ventes en ligne en direct, 70% des objets que nous vendons partent aujourd’hui à l’étranger. La priorité est donc plus que jamais donnée à la confiance que l’on a dans la maison de ventes et dans ses experts.

Jean-Pierre Osenat, Président du syndicat des commissaires-priseurs (SYMEV)

 

La digitalisation de l’immobilier de prestige ressemble en tout point à celle qu’a connu le monde de l’art: de même que l’on peut louer en ligne sans l’avoir réellement visité un appartement pour une semaine de vacances, on peut acheter en ligne un objet d’art valant quelques dizaines ou centaines d’euros sans prendre de réel risque.

Le spécialiste de l’immobilier de prestige, comme le marchand d’art ou le commissaire-priseur, restent indispensables dès que l’intervention d’un œil professionnel devient cruciale. L’internationalisation implique la concentration du secteur autour de certaines marques et réseaux reconnus.

Source: Barnes Global Property Handbook

See this page in English

S'abonner à notre newsletter
Chaque semaine, un sourire, une découverte, un endroit secret, un bon conseil.

Pin It on Pinterest